Skip navigation links (access key: Z)Bibliothèque et Archives Canada / Library and Archives CanadaSymbol of the Government of Canada
English - English version of this Web pageAccueil - Page principale du site Web institutionnelContactez-nous - Communiquez avec l'institutionAide - Renseignements sur la façon d'utiliser le site Web institutionnelRecherche - Recherche dans le site Web institutionnelecanada.gc.ca - Site Web du gouvernement du Canada

Contenu archivÚ

Cette page Web archivÚe demeure en ligne Ó des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Elle ne sera pas modifiÚe ni mise Ó jour. Les pages Web qui sont archivÚes sur Internet ne sont pas assujetties aux normes applicables au Web du gouvernement du Canada. ConformÚment Ó la Politique de communication du gouvernement du Canada, vous pouvez demander de recevoir cette page sous d'autres formats Ó la page Contactez-nous.

Élément graphiqueÉlément graphique
Introduction
Seul au sommet
Le chemin vers le pouvoir
À la tête du Canada
La vie privée
Les lendemains
Élément graphique
Profils
Discours
Commentaires
Élément graphique
Bannière : Premier parmi ses pairs : Le premier ministre dans la vie et la politique au Canada
Bannière : Robert Laird Borden

Discours prononcé au déjeuner des directeurs de l'Exposition centrale du Canada, Ottawa, le 9 septembre 1918


Tout d´┐Żabord, permettez-moi de féliciter les administrateurs de l´┐ŻExposition du Canada central pour le courage et la vision dont ils ont fait preuve et qui leur a permis, ainsi qu´┐Żà leurs prédécesseurs, de faire de l´┐ŻExposition ce qu´┐Żelle est aujourd´┐Żhui et de la maintenir au cours des quatre années de guerre. La valeur éducative de telles expositions a de quoi impressionner; elles offrent à la population des moyens de connaître nos ressources, leur développement et l´┐Żabondance des débouchés dans un pays jeune et qui évolue rapidement comme le Canada. La permanence de toute exposition dépend, en bout de ligne, de ses objectifs et de son rôle éducatif; elle doit viser plus que la distraction ou le plaisir. J´┐Żai été particulièrement frappé par la façon dont l´┐ŻExposition nationale canadienne s´┐Żest développée sur ces plans et je ne doute pas que l´┐ŻExposition du Canada central vise les mêmes objectifs.

Les visiteurs officiels et les particuliers venant de pays de l´┐ŻEurope, comme la France, la Belgique ou le Danemark, où la densité de la population a enseigné des leçons non encore apprises ici, ont été surpris par le grand gaspillage manifeste partout dans notre pays. Ceux qui ont approfondi la question ont établi que dans presque toute ville du Canada il y a, chaque semaine, assez de gaspillage pour nourrir la ville entière une ou deux journées par semaine. Peut-être est-ce une exagération, mais il est parfaitement vrai qu´┐Żil y a un gaspillage énorme. Par exemple, au Canada, on jette certaines parties des animaux tués dans les abattoirs alors que ces parties sont utilisées dans d´┐Żautres pays. On pourrait encore donner de nombreux exemples semblables. Plusieurs espèces de poissons consommés actuellement étaient considérées non comestibles il y a seulement vingt-cinq ans. En réalité, de nombreux aliments qui, dans d´┐Żautres pays, sont jugés comestibles et nutritifs sont gaspillés ici. La préparation-même des aliments ne se fait pas sans gaspillage et il nous reste encore à apprendre beaucoup de choses utiles sur ce plan.

La guerre comportera de nombreuses autres leçons. J´┐Żai lieu de penser que les membres du Corps forestier canadien en Grande-Bretagne et en France reviendront au Canada avec de nouvelles idées en matière de préservation des forêts, et particulièrement en matière de reforestation. Le sujet a été amplement discuté ces dernières années mais les leçons pratiques sont généralement beaucoup plus efficaces que les leçons magistrales ou écrites.

Toutes les administrations fédérale, provinciales et municipales doivent éviter le gaspillage dans tous les secteurs de l´┐Żactivité nationale. Cela ne peut se faire que par l´┐Żépanouissement d´┐Żune saine opinion publique et par la poursuite, par le public, des mêmes objectifs lorsqu´┐Żil est question de leurs affaires personnelles. Le fardeau sur le pays deviendra lourd, mais si nous développons nos ressources comme il faut, ce fardeau ne devrait pas être insupportable compte-tenu de nos ressources. Les ressources du pays sont phénoménales et elles doivent être préservées aussi longtemps que possible, dans l´┐Żintérêt du peuple entier. Il n´┐Żest pas nécessaire, ni souhaitable pour leur préservation, que les ressources demeurent inutilisées; elles doivent être développées dans l´┐Żintérêt du peuple et non pas exploitées au profit du seul particulier, et n´┐Żoublions jamais que c´┐Żest l´┐Żobservation de cette politique qui fera croître l´┐Żégalité des chances, ce qui devrait être le plus grand objectif de toute vraie démocratie.

Parmi les importantes ressources dont le Canada a été si généreusement doté, comptons ses considérables ressources d´┐Żénergie hydro-électrique. Bien que nous ayons aussi de phénoménales ressources minérales, les mines de charbon s´┐Żépuiseront éventuellement tandis que les ressources d´┐Żénergie hydro-électrique sont inépuisables et peuvent être développées et utilisées de manière à servir tout le monde sans que cela ne pose de grandes difficultés sur les plans de l´┐Żorganisation ou de la distribution. L´┐Żeau peut servir à bien des choses, de l´┐Żexploitation de systèmes de transport majeurs aux menus travaux de petites fermes.

Les Canadiens qui se sont battus avec une si grande bravoure pour nos libertés et celles du monde, et qui ont acquis à notre pays une position enviable au sein des nations du monde, reviendront au Canada avec une vision plus large et une plus grande appréciation des possibilités qui se présenteront à eux. De difficiles problèmes se poseront sans aucun doute pendant la période de la reconstruction; personne ne peut vraiment savoir si ces problèmes seront plus ou moins importants que nous le prévoyons. Les gouvernements du Dominion et des provinces et toutes les instances dirigeantes doivent s´┐Żunir et s´┐Żemployer avec diligence à affronter ensemble ces difficultés, quelle que soit leur ampleur, avec un réel courage, avec sincérité et avec l´┐Żorganisation la plus efficace qui soit. Surtout, visons un objectif commun. J´┐Żai parlé de gaspillage, mais une discorde inutile et les controverses déplacées constituent le plus grand gaspillage des efforts d´┐Żune nation. La discorde naît principalement de l´┐Żabsence de compréhension mutuelle. Les Canadiens de communautés et de provinces différentes devraient mieux se connaître mutuellement, s´┐Żefforcer d´┐Żacquérir une vision plus large des buts et des objectifs de chacun. C´┐Żest sur cette véritable compréhension que se fondera le sentiment patriotique collectif.


Retour au haut de la page

Traduction de : Borden, Robert Laird. Robert Laird Borden in Canada and the United Kingdom. [Ottawa? : Cabinet du Premier ministre?], 1918. Pages 29-31.


précédent

Divulgation proactive